Remonter
L'origine du génie
La fin des certitudes

 

L'internalité au travail

 

L'internalité au travail

Max Weber avait proposé que le protestantisme était à l’origine du capitalisme. Dans le le protestantisme, le salut de chacun était une affaire personnelle. Chaque individu devait trouver sa voie et il devait avoir la liberté de le faire. Il ne fallait donc pas lui imposer. Les protestants ne pouvaient se confesser et tout reprendre à zéro le lendemain matin. C’est en étant lui-même responsable de ses choix et en s’appliquant sans relâche dans un métier que l’individu pouvait savoir s’il était élu de Dieu. Il faut faire attention car Weber utilise le mot «éthique» au sens de pratique car pour lui la moralité prime sur les intérêts individuels et économiques. La religion proposait une façon de sauver son âme et c'est devenu une façon de faire de l'argent avec la sécularisation. Plusieurs éléments de la thèse de Weber sont discutables, mais il demeure que la discipline est devenue une affaire de tous les instants et que l'individu s'engage librement.

Gagner de l’argent de façon licite, en appliquant ses compétences dans une profession, est la base d’une morale laïque et pratique que Benjamin Franklin proposa ainsi:.” après l’assiduité au travail et la frugalité, rien ne contribue autant à la progression d’un jeune homme dans le monde que la ponctualité et l’équité dans ses affaires” (Weber, Max. p. 47 ). Homme d’État, diplomate, inventeur du paratonnerre, du poêle et des lunettes à double foyer, entre autres, l’écrivain le mieux payé de son temps, Franklin a ouvert la première bibliothèque publique dans son pays.

Weber utilise la morale de Benjamin Franklin pour montrer que le protestantisme a fait du travail un appel de Dieu. Cet appel divin s’est par la suite sécularisé et l'éducation a ensuite permis de former des gens compétents au travail. Vocatio veut dire appel en latin. Avec le protestantisme, la profession de foi en Dieu s’exprime par la profession au sens où nous l’entendons. S’engager dans une profession, c’était la façon de répondre à l’appel de Dieu. Se dépasser et se mortifier comme les moines de la tradition catholique était inutile. Par contre, "accomplir son devoir dans les affaires temporelles constitue l’activité morale la plus haute que l’homme puisse s’assigner ici-bas" (Weber p. 90). Il y a dans la notion de professionnel cet engagement dans une activité exigeante et cet engagement comporte un sens moral.

Des traits pour mesurer l'internalité

L'internalité c'est le sens du contrôle personnel, l'impression qu'on peut contrôler ce qui nous arrive. C'est un phénomène nouveau et une idée nouvelle. Nous en sommes venus à valoriser l’autonomie individuelle, tandis que les société traditionnelles valorisaient plus le conformisme. Pourtant, les gens qui ont le sentiment d'être libres s'engagent souvent sans le réaliser et pour faire des choses qui ne sont pas dans leur intérêt. C'est le phénomène de l'engagement. Cet engagement donne aux gens l'impression qu'ils sont en contrôle de leur destin même s'ils sont manipulés.

Le groupe professionnel qui valorise le plus le sens du contrôle personnel est celui des cadres selon Nicole Dubois dans La norme d'internalité et le libéralisme. Elle montre comment la préférence des enfants pour des explications internes du comportement change avec l’âge. Elle montre que c’est la société actuelle qui valorise cette forme interne d’explication. Dans les société traditionnelles, les explications sont plus souvent externes (Il a agi ainsi parce que c’était son devoir; parce qu’il est un bon père...).

Elle fait des nuances entre diverses formes d’internalité et montre que cette forme d’explication favorise les privilégiés de la société. Elle montre aussi que cette forme d’explication camoufle des valeurs, la valeur des gens et leur utilité pour la société. Par exemple que les cadres de l'entreprise privée ont plus ce sentiment d'internalité que les cadres de la fonction publique où le milieu est plus structuré et où les dirigeants sont souvent confrontés aux limites de leur autorité. Les travaux récents de Nicole Dubois ont révélés des aspects nouveaux de cette notion, mais ce qui suit traite des fondements de la notion.

Les marxistes ont fait une lecture un peu différente du développement de l'internalité. Siegeld dans  The Meek and the Militant,  Religion and Power Across the World décrit l'évolution dont Weber parle. Pour les marxistes, l'histoire est un conflit entre groupes sociaux dans lesquels il n'y a pas de place pour des héros.

Le besoin de l'internalité

Selon Riesman et Weber, les individus intro-déterminés sont nécessaires dans les sociétés en forte croissance, là où les rôles sociaux et les technologies changent.  Ces personnes sont des moteurs du changement social.  Leur autonomie fait qu'il n'est pas facile de manipuler ces personnes, qu'elles ont des intérêts particuliers et des opinions qui leur semblent importantes.  Ces personnes développent des besoins psychologiques indépendamment de leur milieu, mais elles sont prévisibles et prennent des décisions.

Du pouvoir au leadership

Les personnes ont maintenant droit au respect de la part de leurs supérieurs hiérarchiques. Ces derniers doivent exercer du leadership. Dominer les employés n'est plus acceptable.  "Le directeur intro-déterminé ne <voyait> jamais sa secrétaire, et celle-ci, étant membre d'une autre classe sociale, voyait rarement son patron en tant qu'individu.  L'attitude du directeur extro-déterminé est différente: tout en restant le patron, il est obligé de personnaliser ses rapports avec les employés de son bureau, que cela lui plaise ou non, parce qu'il fait partie d'un système qui a réussi, justement grâce à cette personnalisation, à mettre de son côté toute la classe des <cols blancs>"(Riesman p. 334).

Dans les années 60, les cols blancs sont devenus dignes de respect. Les cols bleus sont devenus des partenaires dans les années 80. Les affrontements de classe sont disparus et il faut se montrer "politically correct".

Les patrons modernes établissent donc des rapports personnels avec tous leurs employés, y compris les cols bleus, et leurs délèguent des responsabilités.  Ils utilisent des approches plus subtiles pour exercer le pouvoir. Ils savent que l'allégeance de tous leurs employés est préférable à leur soumission. Ils ne veulent plus être des patrons, mais des coachs.

Les barrières sociales sont tombées et la méritocratie progresse. Quand les cols bleus sont devenus dignes de la confiance des patrons, ils ont cessé d'être des bras qui exécutent les ordres des patrons. Ils n'y a plus de boîte pour les suggestions. Plus de cadeau pour l'ouvrier qui pense. Penser et améliorer les choses fait partie de la tâche pour tous. Nous sommes donc loin d'Adam Smith qui disait aux entrepreneurs de se méfier des gérants. Dans les entreprises, les héros récent ont montré du leadership charismatique dans certains cas. Ils ont joué temporairement des rôles qui étaient réservés aux chefs militaires et religieux mythiques.

Les habiletés sociales dans le monde moderne

S'intégrer dans un groupe par intérêt et y faire ce qu'il faut pour remplir un rôle sans s'intégrer globalement, sans renier tout espoir de retour, semble immoral à des traditionalistes. Des psychologues comme Éric Fromm ont dénoncé le marketing man, celui qui offre ses services au plus offrant, qui s'adapte en fonction du marché et qui manipule son image pour la cause. Pour certains, jouer ainsi des rôles superficiels est incompatible avec un développement sain de l'individualité. Les professionnels sont valorisés. Ils jouent leur rôle avec plus de conviction et ils n'en sortent jamais. Voyez le cas des étudiantes infirmières qui en souffraient.

Si la flexibilité est devenue nécessaire dans notre société à cause des changements rapides que nous vivons, il faut des habiletés pour entrer dans des organisations rapidement et aussi les quitter avec grâce.  Un divorce est toujours difficile, mais nous acceptons maintenant cette réalité.  Les gens ont appris à parler de "refaire leur vie".

Il faut donc des gens avec de meilleures habiletés pour vite joindre des groupes, s'ajuster rapidement pour faire une contribution et les quitter sans trop de heurts.  Collaborer ainsi temporairement est une bonne façon de minimiser les risques, de maximiser les bénéfices et pour les organisation de s'adapter aux changements du milieu.  

C'est une relation basée sur le respect mutuel et la confiance, mais aussi sur l'image. Certains disent le mensonge. Quand un rôle est nouveau, il est difficile de cacher qu'il n'est pas naturel.  L'habit fait le moine et assez rapidement; les nouveaux employés adoptent les attitudes de leur milieu, mais les premiers pas exigent de l'humilité.

Conclusion

L'internalité est un phénomène social et psychologique nouveau et important. Il a produit des personnes trop rigides et il a évolué. La personne moderne s'identifie de moins en moins à des repères externes fixes. Les pairs et le milieu sont plus fiables. A l'extrême, la personne ne compte que sur elle même. Pr exemple, les gens sont de plus en plus responsables de leur préparation au monde du travail. Ils doivent étudier sans savoir pour quel poste. Durant leur carrière, ils doivent entretenir leurs habiletés et sauter sur des occasions qui passent.

Avoir ses propres repères est très valorisant et motivant, mais c'est aussi exigeant. La personne moderne doit se décrire psychologiquement pour se présenter. La personnalité fait quelque chose et c'est dans les circonstances où l'individu peut s'exprimer qu'elle devient plus importante. Les personnes les plus valorisées sont celles qui ont un impact sur le monde. S'ajuster au milieu sans pouvoir le changer est devenu dévalorisant. Les conformisme passif n'est plus à la mode.

Dans le monde du travail, des individus responsables et autonomes permettent d'organiser les entreprises différemment. Les individus peuvent plus facilement changer de rôles et d'équipe. Les organisations peuvent évoluer plus rapidement.

Si la valorisation de la personne et de son internalité sont un développement positif, quand les choses vont mal la personne se trouve isolée. Dans les conditions difficiles, l'individu est souvent laissé à lui même. L'anomie, le manque de cohésion sociale que Durkheim a décrit, a des aspects négatifs comme le suicide. La tendance des individus à s'analyser pour s'ajuster activement et consciemment les responsabilise et les isole aussi. Le suicide est bien plus fréquent qu'autrefois.

Évidemment, l'internalité a la cote chez les entrepreneurs et chez les cadres. C'est une réalité, un engagement, mais c'est aussi une idéologie.

Remonter L'origine du génie La fin des certitudes